Californie Etats-Unis Spécial road-trip

Road-trip familial en Californie

20 mars 2018

Mai 2016. Mes parents, mon frère et moi-même décidons de nous rejoindre à San Francisco pour 15 jours de road-trip. Nous n’avions pas organisé de longues vacances tous ensemble depuis près de 10 ans! Nous avons eu un voyage mémorable et vite imprimé nos photos sur un album (parfait cadeau d’anniversaire pour ma maman!).

 

Pour les pressés, voici un petit résumé!

 

Nous avons donc commencé par rester deux jours à San Francisco dans un hôtel près de la mer.

Ensuite, nous avons suivi la célèbre et fabuleuse route 1, avec un arrêt à Santa Cruz, pour arriver à Monterey où nous sommes rester une nuit et une journée.

Nous avons repris la route 1 pour arriver à Santa Barbara. Après deux jours, nous sommes repartis pour finalement arriver à Los Angeles où nous sommes rester une seule nuit.

Las Vegas et ses folles nuits nous a accueilli pour le weekend. La deuxième semaine, nous l’allons passé dans les grands espaces américains, les parcs nationaux Death Valley et Yosemite.

SAN FRANCISCO

Pour notre premier jour dans la bay area, nous avons posé nos valises dans un motel, au Seaside Inn. Comme nous étions sur un budget moyen, nous avons essayé de nous limiter à 50 dollars par personne et par nuit, ce qui est bien difficile à San Francisco! La plateforme Airbnb a vite été jeté aux oubliettes. Ce motel a sauvé notre porte-monnaie. Il était aussi pas mal situé, sur la célèbre Lombard Street, et à trois « blocs » (on parle en bloc ici , pas en rue!) de la baie, et avait un parking pour notre voiture de location.

De ce point de départ, nous avons décidé de nous promener autour du Pier, un endroit agréable pour une première découverte de la ville. Un petit vent refroidit ce mois de mai, mais le soleil réchauffe nos visages. Nous passons par le State Park et descendons le long de Fort Mason pour rejoindre le Pier. En fin de matinée, nous prenons un taxi pour aller au fameux et tant attendu Golden Bridge. Bien sûr, si vous avez de bonnes chaussures et le temps, il ne vous prendra qu’une heure pour traverser la ville en longeant la jetée.

Nous repartons à pied pour aller vers le Richmond District en nous baladant le long de la côte (magnifique!). Quand tout le monde commence à avoir faim, nous décidons de nous rendre sur l’avenue principale du Richmond District, Geary Street, et ses nombreux restaurants! Nous avions faim pour un casse-croûte bon et pas cher, ce que nous avons trouvé au café Lou!

Pour notre après-midi, nous décidons d’aller nous relaxer dans le Golden Gate Park, à quatre blocs de notre sandwicherie. Nous continuons vers le Buena Vista Park (le parc Bonne vue), où de la-haut, un paysage extraordinaire récompense notre énième montée (pas besoin d’aller à la salle de sport quand tu habites à « San Fran »). On se pose pendant une demi-heure, avant de repartir

 

C’est assez étrange. Tous ceux qui disparaissent semblent avoir été aperçus à San Francisco. Cette ville doit être merveilleuse, possédant tous les attraits du nouveau monde ».

Oscar Wilde, The Picture of Dorian Gray.

Nous redescendons pour aller boire un verre dans le quartier hippie de la ville, ou plutôt ce qu’il en reste car la gentrification est aussi passée par là. A Haight-Ashbury, je montre à mes parents les magasins vintage. Il retrouve

la mode des années 70 et 80. De là, nous repartons vers Le Castro, le quartier historiquement gay de San Francisco, une ville qui a la réputation d’avoir une communauté LGBTQ très active.

De Castro, nous prenons le tramway ! Très fun pour revenir vers le centre-ville et typique de la ville. , que nous prenons sur Market Street. Et pas la peine de s’en priver, il est totalement gratuit, alors on en profite!

Après une journée à marcher, voir les plus beaux paysages de la ville, manger un super sandwich et se plonger dans l’ambiance des quartiers, nous rentrons au motel pour nous remettre de nos émotions, et nous préparer à prendre la route 1.

ROUTE 1

Pour un bon road-trip, nous avons décidé de laisser l’autoroute de côté pour arpenter la fameuse route 1, le long des côtes de l’Océan pacifique que nous découvrons pour la première fois. Cette route peut être suivie de San Obispo à San Francisco.

Je laisse mon frère conduire, parce que les routes sinueuses au bord d’un ravin, très peu pour moi. Et puis comme cela, j’en profite pour prendre des photographies et me perdre dans le bleu et le brouillard de l’océan.


Sur le chemin, nous sommes passés devant le parc national d’Ano Nuevo. Et là, grande surprise, les jeunes éléphants de mer sont encore là, sur la plage. On décide de garer notre voiture pour s’aventurer pendant une heure sur cette terre préférée de ces animaux marins.

Nous ne sommes pas allés tout seuls dans le parc, on doit forcément être avec un guide. Nous attendons un quart d’heure avant de commencer la visite. Notre guide nous explique le rituel des éléphants de mer, les bagarres, les enjeux des jeunes qui doivent rejoindre la mer… Un très beau moment.


SANTA CRUZ

J’étais passé par Santa Cruz deux ans auparavant pour voir des amis. Je voulais donc montrer à mes parents, même assez rapidement, le charme de la ville! Après quatre heures de route depuis San Francisco, la première chose que nous avons fait, c’est de se ruer à la sandwicherie The Picnic Basket où nous avons mangé les meilleures salades du monde. Enfin, c’est l’information que nos estomacs ont fait remonté après s’est complètement rassasiés. Pour faire passer le repas, nous nous promenons sur le Santa Cruz Wharf (quai), avant d’aller manger une glace au parc d’attraction, le Santa Cruz Beach Boardwalk, ouvert depuis 1907 et l’un des plus vieux parcs d’attractions américain toujours en activité.

Pour voir plus…

Pour ceux qui ont un peu plus le temps, la forêt de Redwood, dans la baie de Monterey, regorge de fameux séquoia. La route est très sinueuse, mais la petite promenade dans la forêt de ces arbres gigantesques vaut vraiment le détour!

Du côté de la faune, notre ami nous avait emmené au Natural Bridges State Park pour voir les papillons monarques. Mais pas de chances, au mois de mars, ils étaient déjà tous partis! Donc si vous passez par là entre octobre et février, vous aurez plus de chance que nous!

MONTEREY

Nous arrivons à Monterey en fin de journée, deux heures avant le coucher de soleil, que nous ne voulions absolument pas rater! Etant du côté du pacifique, et les plages de Monterey étant à l’ouest, la baie est the place to be pour les plus beaux couchers de soleil de la route 1. Le vent souffle fort ce soir-là.

Nous nous installons pour regarder le soleil se fondre dans la mer. Nous ne sommes pas les seuls à profiter de ce spectacle naturel. Des familles, des couples et des photographes passionnés sont tous réunis sur le sable. Le cri des mouettes et le bruit des vagues s’écrasant sur les rochers rythment chaque minute.

S’il y a une chose à voir à Monterey, c’est son aquarium : il est le plus grand et le plus connu du monde. Nous avons donc décidé de passer notre matinée ici avant de partir pour Santa Barbara. Nous avons tout simplement adoré notre visite.

Dans une salle, des centaines de méduses y sont exposés, un moment magique et très photographique. Nous sommes également restés un moment avec les pingouins lors de leur déjeuné. Nous aurions pu y rester la journée!

SANTA BARBARA

Santa Barbara, ses palmiers, sa plage, et ses bars à vin. Nous décidons de passer deux jours dans cette célèbre ville californienne.

La ville est assez petite pour tout faire à pied. Nous nous promenons le long de la plage vers le quai, puis dans la ville où nous trouvons un bar à vin.

Peu connu, Santa Barbara est également une petite région viticole. Nous avons donc déguster quelques verres de vin du cru local. Si vous avez plus de temps que nous, profitez-en pour explorer la région en allant directement chez les viticulteurs.

J’en ai profité pour faire une petite séance lifestyle avec mon frère, dans les rues de Santa Barbara, avant d’aller manger dans un restaurant de fruits de mer sur le quai.

SANTA MONICA

Dès le départ, nous avions décidé de ne pas nous attarder à Los Angeles pour une simple raison: les Français en voyage en Californie sont souvent déçus de Los Angeles. Dans l’idéal, je préfère voir cette ville avec des amis qui y habitent, qui peuvent me montrer les choses à voir, les événements à ne pas rater. Nous avons donc passé deux heures à Santa Monica, une très jolie ville à côté de Los Angeles, au bord de mer. C’est ici que la route 66 s’arrête. Sur la plage, on sent le « L.A. vibe ».

Il ne fait pas encore assez chaud pour se baigner. Nous nous promenons sur le quai. Les artistes se sont accaparé l’espace, dans l’espoir de se faire remarquer ou de gagner quelques dollars. Au bout du quai, une jeune femme joue de la guitare. On écoute sa voix magnifique. Puis, en allant dans notre Airbnb dans une ville de la banlieue de Los Angeles (idéalement située près de l’autoroute qui nous mènera vers Las Vegas), nous avons visité Hollywood et Beverly Hills.

LAS VEGAS

Depuis Los Angeles, nous avons pris la highway 15, d’où nous avions idéalement loué un appartement. Sur la route, en s’arrêtant pour manger dans un fast food, nous nous sommes octroyés notre premier shopping du voyage à l' »outlets » de Barstow, de nombreuses marques en prix de sortie d’usine en quelque sorte. Pas encore arrivés à Las Vegas que nous commençons déjà à flamber notre argent A Vegas, nous avons décidé de louer à 10 minutes en voiture du « strip », l’avenue de tous les casinos. L’appartement était dans un complexe avec une piscine publique, parfait pour se rafraîchir la journée.

Nous avons deux soirées à Las Vegas, en visitant la partie nord et sud du strip. Nous tentons plusieurs casinos, en ayant $20 à dépenser chacun (et en ramenant 50 dollars à nous tous!). Las Vegas balance entre gaspillages environnementales et mégalomanie trumpale. On marche comme en plein jour, mais nos oreilles sont envahies par de la musique de boîte de nuit.  Bon à savoir, l’alcool est gratuit tant que vous commander lorsque vous êtes en train de jouer. Si vous commander un verre vers des danseuses ou au bar, cela vous coûtera au moins 15 dollars par verre.

DEATH VALLEY


Avant de partir de Las Vegas, nous passons par un supermarché pour faire le plein en sandwich pour la journée et le soir, mais aussi en eau! La Vallée de la mort peut être très déshydratante. On y prévoit 35°C, ce qui est plutôt dans la moyenne basse. Nous calons dans notre coffre un gallon, soit 3,7 litres. On nous avait dit de compter au moins un litre par personne.

En deux heures à peine, nous arrivons au parc national de la Death Valley, la Vallée de la mort. De là, la route est très intuitive, ce qui nous laisse le loisir de plonger dans l’univers désertique du parc. Les couleurs et les matières, je n’ai jamais rien vu de pareil. Nous avons de la chance, à chaque arrêt, il n’y a guère de monde, et la température n’est pas intenable comme ça pourrait l’être.

La Vallée de la mort, c’est aussi le décor du dessin-animé « Bip Bip et Coyote » (Road Runner and Wile E. Coyote en anglais). Par magie, lors de notre arrêt dans une auberge pour y passer la nuit, nous avons vu ce fameux oiseau du désert, le grand géocoucou, qui marché sur le parking du petit restaurant posé au milieu du désert.

Lors de notre passage, nous savions que des fleurs devraient être visibles : cela n’arrive que tous les 10 ans (#merci2016). La floraison avait déjà eu lieu, un mois avant. Nous sommes donc agréablement surpris quand nous voyons, au bord de la route, des milliers de petites fleurs jaunes.

J’ai vraiment adoré notre nuit au Panamint Springs Resort. Nous n’avons aucun réseau pour nos téléphones, pas de télévision, aucun moyen de communication. En famille, nous prenons notre repas sur le « porch » de notre maisonnette. Nous buvons quelques bières en partageant nos émotions sur le voyage qui nous en met plein la vue.

J’ai officiellement proclamé la « Death valley » mon endroit préféré des Etats-Unis. La chaleur du désert remplie cette impression de néant et de vide que donne la terre sèche et les grands espaces. Je ne sais pas si je pourrai y rester plus d’une semaine, mais j’y retournerais sans hésiter pour me couper du monde avec les personnes que j’aime le plus au monde.

YOSEMITE

Pour finir notre tour de Californie, nous tenions à passer au moins une journée dans le parc national de Yosemite, pour au moins avoir un aperçu. Le parc est typiquement américain: nous prenons la voiture pour aller voir le half-dome ou se déplacer n’importe où sur le site. Une option importante à avoir si on voyage avec nos parents fatigués après deux semaines de baroudages.

L’espace est magnifique. Devant le half dome, nous nous extasions. Personne ne parle, coupé par le souffle de l’air. Le vent balade les lumières de la vallée. Quelques minutes plus tard, alors que nous redescendons dans la vallée, une tempête s’abat sur nous. Nous arrêtons la voiture pour regarder ce nouveau paysage que nous offre la nature.

 

Vous êtes toujours plus nombreux à nous suivre, et ça fait très plaisir ! Pour ceux qui viennent d’arriver, suivez-nous sur Facebook – Mes carnets photographiques, sur Instagram (@mescarnetsphotographiques), sur Twitter (@mescarnetsphotographiques) et sur Google +. Et vous pouvez aussi vous inscrire à la newsletter du blog, un message tous les 1er du mois !


GARDEZ LE GUIDE DE LA CALIFORNIE EN 15 JOURS SOUS LA MAIN SUR PINTEREST !

CONTINUEZ A VOYAGER AVEC MES CARNETS PHOTOGRAPHIQUES


2 Comments

  • Reply Violaine 2 avril 2018 at 7 h 59 min

    Super road trip ! Ça me rappelle des souvenirs ! Merci pour cette belle balade !

    • Reply Nastasia 3 avril 2018 at 1 h 31 min

      Merci Violaine pour ton commentaire! Oui, c’était vraiment inoubliable!

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :